A tous ceux qui sentent, au moins confusément, qu’il y a quelque chose qui cloche là-dedans…

A l’enfance abîmée.