- « Tu as dit une fois : « ma liberté s’exprime en l’absence claire de choix ». Mais  nous sommes confrontés chaque jour à des choix… Nous ne sommes donc jamais libres ? »

Ce à quoi nous sommes confrontés chaque jour, pour moi n’est pas le choix, car le choix je n’y crois pas. Ce à quoi nous sommes confrontés c’est l’idée du choix. Le choix n’existe, que dans notre petite tête. Nous vivons non pas entiers, mais en morceaux, dispersés, oublieux que la seule réalité à laquelle nous manquons est dans ce que nous faisons à l’instant où nous le faisons. Tu montes à cheval n’est-ce pas ?

- « Oui. »

Lorsque tu es avec un cheval exigeant qui t’impose une qualité de présence sans compromis, parce qu’avec lui la moindre distraction se paye de ta vie, as-tu le temps de te poser la question du choix ?

Le seul temps dont tu disposes, est celui de faire de ton mieux, et tu n’as d’autre alternative que de jeter toutes tes forces, toutes tes capacités, dans cette bataille. Un combat pour l’attention, pour le don de soi, un combat pour le geste juste.

Vivre, à cheval.

- « J’ai du mal avec les choix. »

Oui comme tout le monde, c’est bien normal. L’illusion du choix est un de ces canaux par lesquels nous nous vidons. Et pour sauvegarder cette illusion, nous sommes prêts à beaucoup de sacrifices, elle nous est chère parce que tout au fond de nos pensées, nous sommes convaincus que le choix EST la liberté (rire!!).

 

(Conversations digitales 2003/2005)